Territoire Sport Nature

Nos engagements

L’Illuminée

ENGAGEMENT DURABLE

ENGAGEMENTS DE L’ORGANISATEUR

Territoire Sport Nature (TSN), association organisatrice du BelforTrail et du GiroTrail, s’inscrit, dès la 1re édition de cette manifestation sportive, dans une approche responsable et respectueuse de l’environnement.

De ce fait, TSN prend l’engagement d’initier une démarche d’éco-conception appliquée à l’événement, dans les limites du cadre budgétaire et des contraintes techniques liés à l’organisation d’une manifestation sportive de nature.

Ce document a vocation à constituer la trame environnementale de l’épreuve et à mettre en avant nos engagements en tant qu’organisateur. Le cadre de travail proposé intègre ainsi les notions de respect et de préservation de l’environnement. Il aborde également la notion de responsabilité de l’organisateur envers les pouvoirs publics, les partenaires de l’événement et les participants.

Les engagements énumérés dans ce document représentent des objectifs que l’organisation vise à atteindre dès la 1re édition. Une évaluation indépendante de notre « éco-performance » permettra l’optimisation du volet environnemental, économique et social pour des éditions futures.

Le document est évolutif en fonction des contraintes réglementaires et des propositions environnementales des structures décisionnaires.

  • 1. RÔLE DE L’ORGANISATEUR

    • a. Organisateurs et publics, tous concernés

      Il appartient à l’organisateur de sensibiliser et de responsabiliser l’ensemble des publics au respect des sites et des populations.

      Avant, pendant et après l’épreuve, les acteurs se doivent d’être exemplaires dans le respect et la protection de leurs environnements.

      L’organisateur se doit d’être un exemple et de faire les choix adéquats pour limiter l’impact de son organisation.

    • b. Engager ou poursuivre les relations de concertation avec tous les organismes concernés par la fréquentation du milieu naturel

      L’organisateur doit avoir conscience de n’être qu’un des acteurs ayant une pratique dans le milieu naturel. Pour les terrains sur lesquels les passages sont envisagés, il se doit de connaître les différents types de protections, les richesses naturelles inventoriées ou les mesures foncières de protection.

      Pour cela, chaque fois que nécessaire, il privilégie la rencontre, le débat et la concertation avec toutes les structures et organismes côtoyés dans le milieu naturel : services de réglementation, propriétaires et gestionnaires (ONF, propriétaires forestiers privés, parcs naturels régionaux, centres régionaux de la propriété forestière…), autres usagers du milieu, fédérés ou non (chasseurs, randonneurs…).

      Une attention particulière doit être portée au respect des itinéraires et des recommandations validées par les services préfectoraux ; les modifications éventuelles devront êtres proportionnées aux imprévus, et soumises aux autorités et/ou aux services instructeurs, avant le départ de l’épreuve ou de la manifestation.

    • c. Préserver le patrimoine, gérer les conflits d’usages
        Plus que tout autre pratiquant d’activités sportives de nature, l’organisateur d’une manifestation doit être sensible aux conditions d’accessibilité aux lieux de pratique dans lesquels il génère un flux.

        De ce fait, son action devra porter sur :

      • • la réduction des déplacements et de l’émission de gaz et de particules ;
      • • la limitation des déchets ;
      • • la réduction des impacts ;
      • • l’éducation des publics.
  • 2. PRÉCONISATIONS D’ORDRE GÉNÉRAL

    • • Créer un comité d’organisation avec en son sein une personne sensibilisée au développement durable.
    • • Élargir la composition du comité d’organisation à des acteurs du développement durable dans le domaine du sport.
    • • Avoir des partenaires sensibilisés à la philosophie de la manifestation.
  • 3. NOS ENGAGEMENTS

    • a. Parcours, sites et environnement
      • • Tenir compte des considérations environnementales dans le choix du parcours.
      • • Travailler en collaboration avec les partenaires (propriétaires et gestionnaires des espaces, Office National des Forêts, associations de protection de l’environnement...).
      • • Réaliser un plan du parcours avec les zones autorisées, celles interdites d’accès et les zones protégées.
      • • Intégrer la notion de protection, de préservation et de respect de l’environnement au règlement de l’épreuve (exemple : disqualification des concurrents jetant leurs déchets au sol…).
      • • Afficher et diffuser aux participants un tracé du parcours avec les zones autorisées, celles interdites d’accès et les zones protégées.
      • • Réaliser une présentation du site (histoire, description, localisation) afin de sensibiliser les participants à la préservation de l’environnement et à son fragile équilibre (Maison de l’Environnement du Conseil Général, PNR, ONF…).
      • • Prévoir des zones de stationnement, des zones de cheminement et identifier les itinéraires d’accès pour les ravitaillements.
      • • Prévoir le dispositif de sécurité de la manifestation en tenant compte des considérations environnementales.
      • • Inciter les usagers à rouler lentement aux abords du parcours de la manifestation (aspect sécuritaire).
      • • Privilégier des matériaux recyclables ou réutilisables pour le balisage.
      • • Assurer l’accueil des participants et du public sur le parcours et notamment sur les espaces protégés (sur points ravitaillements). Une information « où voir passer les coureurs » sera donnée aux accompagnateurs, avec informations spécifiques sur les aspects d’éco-responsabilité si besoin.
      • • Affecter une équipe de débalisage afin d’assurer le nettoyage à l’issue de la manifestation, la remise en état des lieux et le ramassage de la signalétique et des éventuels déchets.
      • • Mettre en place un système de collecte sélective des déchets adapté à l’épreuve (parkings, ravitaillements, zones de concentration…).
      • • Privilégier la production locale pour les trophées et les récompenses.
    • b. Transports et déplacements
      • • Durant la préparation de l’événement, limiter les déplacements grâce aux nouveaux outils de communication : conférences téléphoniques, courriers électroniques…
      • • Favoriser les transports en commun par la mise en place de navettes collectives et le covoiturage.
      • • Informer les participants sur les transports collectifs disponibles sur place dans le dossier d’inscription ou sur internet.
      • • Coordonner les parcours des bus ou des voitures afin de limiter l’usage des transports individuels et ainsi réduire le coût des déplacements.
      • • Organiser le parcage des véhicules sur les zones de départ et d’arrivée.
      • • Prévoir un parking pour les bus et les voitures individuelles ainsi qu’un fléchage dans la ville pour éviter les tours et détours des transports collectifs et des particuliers.
    • c. Alimentation
      • • Utiliser de la vaisselle lavable ou biodégradable et privilégier nappes et serviettes recyclées.
      • • Rechercher des fournisseurs de qualité et, si possible, de production locale (proximité et qualité des produits, aliments de saison…) en privilégiant la filière bio et le commerce équitable.
      • • Privilégier les fournisseurs assurant la reprise des « non-utilisés ».
      • • Élaborer des menus en fonction des spécialités locales.
      • • Choisir des boissons au contenant recyclable.
      • • Suppression des gobelets plastiques jetables sur le parcours. Chaque coureur sera équipé d’un verre en plastique réutilisable de sa fourniture, pour l’ensemble du parcours.
      • • Privilégier l’eau du service de distribution d’eau potable plutôt que l’eau en bouteille.
      • • Pour éviter les déchets et le gaspillage, avoir une idée précise des inscrits afin de prévoir un approvisionnement adapté.
      • • Pour le conditionnement et les emballages des aliments, préférer ceux en grand conditionnement, plutôt qu’individuels, afin de réduire le nombre de déchets liés aux emballages.
      • • Organiser des points de collecte de tri sélectif, associés à une information préalable des convives (verre, plastique, papier et carton…).
      • • Informer les convives et les participants sur les diverses dispositions concernant l’alimentation sur les lieux de restauration et le tri sélectif afin que le public puisse prendre conscience des efforts réalisés sur la manifestation.
      • • Trouver un partenariat avec une déchetterie pour l’évacuation des déchets.
      • • Envisager le compostage des déchets alimentaires avec un agriculteur ou un jardinier via un accord préalable.
      • • Faire don, éventuellement, des denrées non ouvertes et dont les conditions de conservation ont été respectées, à des associations de solidarité.
      • • Nettoyer les lieux de restauration et de ravitaillement.
      • • Choisir des produits d’entretien aussi respectueux que possible de l’environnement.
    • d. Communication
      • • Favoriser les moyens de communication à distance (téléphone, messagerie électronique, internet…).
      • • Favoriser la transmission des tracts de la main à la main.
      • • Limiter les impressions papier (recto/verso si possible).
      • • Favoriser l’utilisation de banderoles plutôt que de supports papiers.
      • • Favoriser les produits recyclés.
      • • Informer de la démarche « développement durable » entreprise par l’organisateur auprès des participants, des partenaires et des bénévoles.
      • • Utiliser un site internet pour la publication des résultats (en plus d’un affichage papier classique à l’arrivée ou d’un affichage sur écran).
      • • Choisir autant que possible des partenaires financiers locaux, éthiques et privés.
      • • Élaborer des dossiers de presse mettant en avant les mesures pour un développement durable.
      • • Informer les médias de la manifestation et de la démarche environnementale prise par l’organisateur (presse écrite, messagerie électronique, audio, internet…).
      • • Informer de façon claire les usagers sur la gestion des déchets, le tri sélectif et la notion de protection de l’environnement.
      • • Informer les concurrents du règlement de la manifestation, notamment en ce qui concerne la préservation et le respect de l’environnement (règlement de course, affichage, message audio, briefing de départ, voie de presse…).
    • e. Accueil et sensibilisation du public
      • • Informer et sensibiliser les participants et le public des mesures mises en œuvre par l’organisation en faveur de la préservation de l’environnement.
      • • Informer le public des différentes localisations des animations (plan distribué à l’arrivée) : lieu de restauration, site d’arrivée, douches…
      • • Solliciter les personnalités et athlètes lors de la manifestation afin de promouvoir le développement durable.
      • • Organiser un moment de sensibilisation au développement durable durant la manifestation.
      • • Privilégier la collaboration avec des entreprises d’insertion sociale ou des centres d’apprentissage par le travail.
      • • Informer toutes les personnes impliquées dans l’organisation de la manifestation de la démarche « développement durable ».
      • • Prévoir la présence de bénévoles qui veillent au bon déroulement de la manifestation.
      • • Assurer la sécurité des sportifs et du public (balisage et information) et définir des itinéraires d’évacuation et de canalisation du public.
      • • Animer les sites traversés.
      • • Insérer un code de bonne conduite du participant dans le bulletin d’inscription et/ou dans le règlement de la manifestation avec rappel verbal avant le départ.
    • f. Hébergement
      • • Identifier et privilégier les lieux d’hébergement proches de l’événement et en favoriser l’accès.
      • • Négocier des tarifs préférentiels ou autres avantages pour les participants prenant part à la manifestation sportive.